Imprimer

BAIRE, René

BAIRE, René

BAIRE, René

 

Né le 21 janvier 1874 à Paris
Décédé le 5 juillet 1932 à Chambéry


Mathématicien français

 


Extrait de l’article BAIRE (René), par René Taton, Dictionnaire des biographies, PUF, 1958.

D’origine modeste, il fit des études très brillantes.
Élève de Jules Tannery à l’École Normale, puis de Volterra et de Dini en Italie, il s’orienta vers la théorie des fonctions de variables réelles qu’il contribua à fonder sur des bases rigoureuses. Il réussit à préciser la notion de continuité et apporta d’importantes contributions à la théorie des équations aux dérivées partielles et à la classification des fonctions.
Maître de conférences à Montpellier (1902), puis professeur à la Faculté des Sciences de Dijon (1905), il ressentit très tôt les atteintes d’une grave et douloureuse maladie qui l’obligea à prendre une retraite prématurée en 1914.
Baire qui mourut à Chambéry le 5 juillet 1932, après avoir enduré des années de souffrances atroces a laissé une œuvre d’étendue assez réduite, mais d’une importance capitale.







Affichage par page
Trier par
Référence: 124

rouge.jpg

Le livre de Baire est à notre avis une vraie merveille mathématique, il sera traduit en russe par Hintchine en 1932 et Gustave Choquet le découvrira à la bibliothèque de l'École Normale et en deviendra « amoureux ».
Pierre LELONG

17,00 € *
Référence: 099

rouge.jpg

Les méthodes courantes pour l'introduction des nombres irrationnels se rattachent à deux principales : l'une repose sur la notion de coupure, l'autre sur la notion de suite convergente ; dans l'une et l'autre, une fois les nombres irrationnels introduits, on se préoccupe immédiatement de leur étendre les quatre opérations arithmétiques. Je procède différemment à cet égard : j'ajourne l'étude de ces quatre opérations, sauf la différence, à laquelle je fais une place à part, parce qu'elle joue dans toute la théorie un rôle prédominant, comme une simple réflexion le montre : la notion de différence est en effet la forme précise de la notion vague de rapprochement, de voisinage, qui domine nécessairement toute étude où il s'agit du continu ; or, le rôle des nombres irrationnels est précisement de servir à construire le continu, en comblant les lacunes que présente l'ensemble des nombres rationnels.
René BAIRE

13,00 € *
Référence: 100

rouge.jpg  violet.jpg

ARTICLES :

I-1 : PRINCIPES FONDAMENTAUX DE L'ARITHMÉTIQUE
H. Schubert - J. Tannery - J. Molk

I-2 : ANALYSE COMBINATOIRE ET THÉORIE DES DÉTERMINANTS
E. Netto - H. Vogt

I-3 : NOMBRES IRRATIONNELS ET NOTION DE LIMITE
A. Pringsheim - J. Molk

I-4 : ALGORITHMES ILLIMITÉS
A. Pringsheim - J. Molk

I-5 : NOMBRES COMPLEXES
E. Study - É. Cartan

I-6 : ALGORITHMES ILLIMITÉS DE NOMBRES COMPLEXES
A. Pringsheim - M. Fréchet

I-7 : THÉORIE DES ENSEMBLES
A. Schœnflies - R. Baire

i-8 : SUR LES GROUPES FINIS DISCONTINUS *
H. Burkhardt - H. Vogt

* La fin de l'article n'a pas été publiée en raison de la guerre.

58,00 € *
Référence: 312

bleu.jpg

La théorie de la chaleur de Fourier est un des premiers exemples de l'application de l'analyse à la physique ; en partant d'hypothèses simples qui ne sont autre chose que des faits expérimentaux généralisés, Fourier en a déduit une série de conséquences dont l'ensemble constitue une théorie complète et cohérente. Les résultats qi'il a obtenus sont certes intéressants par eux-mêmes, mais ce qui l'est plus encore est la méthode qu'il a employée pour y parvenir et qui servira toujours de modèle à tous ceux qui voudront cultiver une branche quelconque de la physique mathématique.
J'ajouterai que le livre de Fourier a une importance capitale dans l'histoire des mathématiques et que l'analyse pure lui doit peut-être plus encore que l'analyse appliquée.
Rappelons succintement quel est le problème que s'est proposé Fourier : il a voulu étudier la propagation de la chaleur, mais il faut distinguer.
La chaleur peut, en effet, se propager de trois manières : par rayonnement, par conductibilité et par convection.
Henri POINCARÉChapitre I

54,00 € *
*

-5%