Imprimer

DENJOY, Arnaud

DENJOY, Arnaud

DENJOY, Arnaud



Né le 5 janvier 1884 à Auch
Décédé le 21 janvier 1974 à Paris

Mathématicien français




1902-1905 : École Normale Supérieure

1905 : Agrégé de mathématiques
1906-1909 : Pensionnaire de la Fondation Thiers
1909 : Docteur ès sciences mathématiques
1909-1919 : Maître de conférence à la Faculté des Sciences de Montpellier
1917-1922 : Professeur d'algèbre supérieure, calcul différentiel, calcul intégral et théorie des fonctions à l'Université d'Utrecht
1919-1925 : Professeur de Mathématiques générales à la Faculté des Sciences de Strasbourg
1922-1925 : Chargé de cours à la Faculté des Sciences de Paris 
1925-1931 : Maître de conférences
1931-1933 : Professeur de Mathématiques générales
depuis 1933 : Professeur de calcul différentiel et intégral, puis titulaire de la chaire de "Théorie des fonctions et topologie"
1942 : Membre de l'Académie des Sciences
1955 : Jubilé scientifique


Ouvrages :
Leçons sur le calcul des coefficients d'une série trigonométrique
(4 Parties), 1941-1949
L'énumération transfinie
(4 Livres), 1946-1954
Mémoire sur la dérivation et soncalcul inverse , 1954
Articles et Mémoires
(2 vol.), 1955
Jubilé scientifique
, 1956
Un demi-siècle de Notes académiques
(1906-1956), 1957
Hommes, Formes et le Nombre
, 1964








Affichage par page
Trier par
Référence: 124

rouge.jpg

Le livre de Baire est à notre avis une vraie merveille mathématique, il sera traduit en russe par Hintchine en 1932 et Gustave Choquet le découvrira à la bibliothèque de l'École Normale et en deviendra « amoureux ».
Pierre LELONG

17,00 € *
Référence: 307

rouge.jpg

Entre ces domaines des mathématiques, profondément étrangers l'un à l'autre : d'une part l'Analyse classique, où les fonctions sont continues et dérivables autant que les démonstrations d'énoncés visant à la généralité l'exigent, et où les champs décrits par les variables sont des régions continues limitées par des frontières régulières ; d'autre part les théories d'Analyse générale et de Topologie moderne, où les espaces sont des collections d'éléments quelconques, parfois totalement dissociés, soumis à des conditions de nature arbitraire, entre ces deux mondes d'idées sans contacts mutuels, une transition manque à l'étudiant : celle de la théorie des fonctions de variables réelles et celle des ensembles ponctuels où ces fonctions prennent leurs caractères.
Les notions toutes descriptives, crées par Cantor pour distinguer des espèces remarquables parmi les ensembles, fermés, parfaits, réductibles, denses, etc., concernaient dans l'esprit de l'auteur uniquement les espaces cartésiens, et même originairement linéaires. Les notions de puissance, de transfini, s'illustraient grâce à ces ensembles ponctuels. Toute la fécondité de ces conceptions se révéla quand Borel, Baire et Lebesgue, le second exclusivement topologue comme Cantor, les deux autres surtout intéressés à la métrique, créèrent la théorie des fonctions discontinues des variables réelles. Les magnifiques écoles polonaise et moscovite fouillèrent ensuite profondément le même terrain.
Il faut avoir pénétré l'esprit des méthodes propres au réel et connaître les principaux résultats acquis dans cet ordre si l'on veut non seulement disposer des ressources de figuration nécessaires à la pleine intelligence de la Topologie abstraite, mais simplement étudier avec fruit les singularités présentées par les fonctions analytiques ou par les intégrales des équations aux dérivées partielles, aux limites où les solutions cessent d'exister.
Il m'a souvent été rapporté que, pour acquérir cette expérience, la lecture de mon Mémoire de jadis Sur la dérivation et son calcul inverse avait servi de fructueux exercices. Ce travail fut publié en quatre parties, successivement parues dans des périodiques différents.
[...]
Bien que, dans mon exposé, j'ai repris à pied d'œuvre tout ce qui, vers 1914, pouvait être ignoré d'un étudiant de licence, le recours aux Leçons sur les fonctions discontinues de Baire, et aux Leçons sur l'intégration de Lebesgue, maintes fois citées, ne sera pas inutile. Enfin, le présent mémoire trouve son prolongement naturel dans mes Leçons sur le calcul des coefficients d'une série trigonométrique.
Arnaud DENJOY, Avertissement

69,00 € *
*

-5%