1 Résultat

MEYERSON : La déduction relativiste, 1925

Référence: 088
38,00

-5%
 

Remises

Modes de livraison possibles: Service postal (Europe), Service postal (Reste du monde), Service postal (Outre-Mer 1)

Meyerson-088-titref.Amn.jpg

Émile MEYERSON

LA DÉDUCTION

RELATIVISTE

Paris, Payot
1925

Auteur :
Émile MEYERSON

Thèmes :
HISTOIRE DES SCIENCES
MÉCANIQUE
Relativité

Reprint 1992
22,5 x 18 cm, oblong
208 p.
Broché
ISBN : 978-2-87647-088-0

S O M M A I R E

1 - Le quantitatif.
Le rôle des mathématiques.
L'explication positiviste de ce rôle.
L'insuffisance de cette explication.
L'importance de la qualité.
La qualité et l'action.
La quantité et la nature des choses.
Le changement et son explication.
La conception artistique.
Les conflits et leur conciliation.
Le flux du quantitatif.
L'intelligibilité du réel.
La protestation d'Auguste Comte.

2 - Le réel.
Le maintien du réel.
La sensation et l'objet.
La recherche de l'accord.
Les objets créés par la science.
L'attitude du philologue.
L'être et le paraître.
Le point de vue positiviste.
La transcendance.
La vraie place de la théorie dans la science.
Le recul de "l'anthropomorphisme" selon M. Planck.

3 - Le spatial.
L'accord entre le mathématique et le réel.
Le quantitatif spatial.
La déduction chez Descartes et chez Hegel.
La corporéité des figures de géométrie.
L'explication par les figures de géométrie.
La géométrie et l'algèbre.
L'explication par le mouvement.

4 - Le principe d'inertie.
Le mouvement absolu.
La vis impressa.
Le mouvement-état.
La vitesse-substance.
L'action de l'espace.
Les Coperniciens.
Newton et Kant.
L'espace et le mouvement inertial.
L'explication d'Aristote et la nôtre.
Les deux éventualités de l'explication.
Géométrie et rationalité.
Le choc.

5 - Le relativisme, théorie du réel.
L'évolution de la notion d'espace.
Théories à principes et théories à images.
Relativisme et phénoménisme.
L'opinion de M. Einstein.
M. Eddington.
MM. Langevin, Borel, J. Becquerel, Weyl, Marais.
Le réel indépendant de l'observation.
Du sens commun au relativisme.
Les déclarations positivistes.
La métaphysique des lois.
L'interprétation idéaliste.
Le nom de la théorie.
La réalité du temps et de l'espace.
La violence des polémiques.
Les exposés populaires.
Le niveau des connaissances.
Les mathématiques et la philosophie.
L'opinion commune et l'élite.

6 - La gravitation.
Le mystère de la gravitation newtonienne.
La solution relativiste.
Elle est spatiale.
Analogie avec des théories antérieures.
Le jet et la gravitation.

7 - Le temps.
L'opinion de Minkowski.
Celles de MM. Langevin et Wien.
Celles de MM. Sommerfeld, Cassirer et Weyl.
De MM. Einstein, Eddington et Cunningham.
La spatialisation du temps dans le relativisme.
L'irréversibilité des phénomènes.
La source des exagérations relativistes.
L'identité dans le temps.
La spatialisation du temps dans le passé.
La dissymétrie entre le temps et l'espace.
Le principe de Carnot et le plausible.

8 - Le phénomène électrique.
Les bases expérimentales du relativisme.
Relativisme et théorie optique.
La théorie d'Einstein n'explique pas l'électricité.
Le phénomène premier.
L'explication du phénomène électrique.
Le réel purement géométrique.

9 - Le phénomène biologique.
Les phénomènes de l'esprit.
Les phénomènes de la vie.
Le vital et l'hyperespace.

10 - L'explication globale.
Le relativisme, système de déduction globale.
La géométrie relativiste reste déductive.
Le relativisme et le système de Descartes.
Le relativisme et le système de Hegel.
Les limites des trois systèmes.
L'universalité de la déduction relativiste.
Le retour vers le réel.
L'esprit retrouvé dans la nature.

11 - La matière.
La matière résorbée dans l'espace.
Le scrupule du relativisme.
La "méthode éprouvée" de la physique.
L'espace relativiste et les catégories hégéliennes.
L'avantage de la déduction spatiale.
Le donné dans la déduction relativiste.
Tout raisonnement part d'une perception.
Tendance idéaliste et convictions réalistes.

12 - L'essence et l'existence.
La nature de cette distinction.
Son rôle dans la pensée médiévale, dans la philosophie moderne et dans le relativisme.

13 - Le divers.
La simplification apportée par le relativisme.
Où se réfugie le réel physique.
L'irréversibilité.
La situation est aggravée dans le relativisme.
Le discontinu.
Les mesures absolues.
L'atomicité.
Les quanta.
Le relativisme et les quanta.
Le physique résiste à la déduction.

14 - L'interprétation.
Nombre abstrait et grandeur concrète.
L'illusion du relativiste.
Le spatial relativiste même est un produit de l'interprétation.

15 - L'imagination relativiste.
Existence d'une limite.
L'imaginaire algébrique.
Image spatiale et formule algébrique.
La prédiction de Poincaré.
L'indétermination de la limite.

16 - L'attrait du relativisme.
La chapelle relativiste.
Le prestige de l'hégélianisme.
Comparaison avec le relativisme.
La conviction créée par la déduction.
Les physiciens et la théorie de M. Bohr.
Explication positiviste de cette attitude.
Insuffisance de cette explication.
L'attrait de la rationalisation chez le relativiste et chez l'hégélien.
L'avantage des conceptions scientifiques.
La réussite du relativisme.

17 - Le déductible et le réel.
Les doutes de MM. Eddington et Weyl.
La contradiction.
Le réel relativiste ferait-il retour au moi.
Les affirmations subjectivistes sont un hors-d'oeuvre.
D'où vient cet état d'esprit .
MM. Weyl et Schelling.
L'opposition entre la pensée et le réel.
Les personnages du romancier et du dramaturge.
L'historicité du personnage de Jésus.
Il ne s'agit pas de la non-prévisibilité du vital.
Le rationnel a des degrés.
Le conflit entre le réalisme et l'acosmisme.
Les lois non rationnelles.
Le réel ne disparaît point.

18 - Le système.
Les relativistes et Kant.
Le temps et l'espace kantiens, formes de l'esprit.
Le temps et l'espace relativistes, détachés du moi.
La volte-face "copernicaine" chez Kant et dans le relativisme.
L'intuition temporelle et spatiale.
La superposition des deux points de vue.
Les mathématiques dans le relativisme et chez Kant.
Le relativisme est un mathématisme scientifique.
Il n'est point empirique.
Le panmathématisme philosophique.
Géométrisme et algébrisme.
Le géométrisme en tant qu'étape.
Platon.

19 - Relativisme et mécanisme.
Y-a-t-il opposition entre les deux conceptions ?
L'opinion de MM. Planck et Wien.
La définition du mécanisme.
La masse et la matière.
La théorie électro-magnétique.
L'aisance de l'évolution et son explication positiviste.
Le rôle de l'expérience.
Inertie mécanique et inertie électrique.
L'action de la masse est énigmatique.
Le familier.
Le toucher et l'action à distance.
Le toucher-sensation et le toucher-phénomène extérieur.
La sensation du vouloir.
L'énigme du jet et son explication.
La masse comme substance.
La liaison avec le toucher-sensation.
Elle est rompue dans la théorie électrique.
La théorie électrique et l'anthropomorphisme.
L'explication par la substance.
Le mécanisme en tant qu'explication par le mouvement.
En quoi le relativisme ressemble au mécanisme.
Comment s'explique la croyance à une opposition.
Acosmisme et illusion positiviste.

20 - Rationalisation et progrès des mathématiques.
La transformation de la notion d'espace.
Les mathématiques et la genèse du principe d'inertie.
La raison, le continu et le discontinu.
Les mathématiques et la genèse du relativisme.
Le rôle de l'analyse.

21 - Le progrès de la rationalisation.
L'action transitive.
Le devenir.
La rationalisation ne peut être complète.
Gravitation et action par contact.
La gravitation se transmet sans intermédiaire.

22 - La tendance apriorique et l'expérience.
Descartes fut-il victime d'une illusion ?
La distinction entre la science et la philosophie.
Toute conception scientifique générale apparaît comme philosophique.
Les deux tendances de la science.
Pourquoi la chimie constitue une science quasi-indépendante.
Les substances qualitativement diverses.
L'élément porteur de qualités.
L'élément de la théorie antiphlogistique.
Lavoisier, Prout et Mendeléef.
Le triomphe de l'unité de la matière.
Les deux tendances au sein de la chimie.
L'analogie avec l'évolution de la physique.
Descartes néglige la spécificité des phénomènes.
L'expérience impose cette spécificité.
Le rôle de la gravitation newtonienne.
De Descartes à Einstein.
L'évolution dans d'autres chapitres de la physique.
Le rôle des constatations expérimentales.
Les conceptions générales préexistaient.
L'accord entre la raison et la nature.
La méprise positiviste.
L'utilité de l'histoire des sciences.
Le facteur apriorique dans la genèse du relativisme.
La tendance et sa concrétisation dans la science.
La tendance créatrice d'illusions : la transmutation.
La marche de l'idée selon Platon et selon Hegel.
Son éclipse.

23 - L'évolution de la raison.
L'évolution de la raison selon Hegel.
Son évolution dans le relativisme.
Les objections de Duhem.
La science ne retourne pas vers le sens commun.
La raison est-elle immuable ?
La forme des raisonnements.
La logique procède a posteriori.
Le processus d'identification.
Impossibilité d'une prédiction a priori.
Les concepts de temps et d'espace font-ils partie de la raison ?
Le haut et le bas.
Les propriétés de la verticale et les propriétés géométriques.
L'évolution conditionnée par l'inertie.
L'espace physique et l'espace géométrique.
Proclus et Euclide.
La raison et la sensation.
La conviction créée par le succès.
Y-a-t-il eu évolution en dehors des sciences ?
L'objectif et le subjectif.
Le va et vient entre le réel et la sensation.
Il s'opère dans le spatial.
La soumission de la raison reste incomplète.
Pourquoi la raison consent au sacrifice demandé.
La raison abandonne des éléments qui en faisaient partie.
Le contenu d'un concept et son extension.
La variation de la raison chez Hegel et chez les relativistes.
La réforme tentée par nous.
L'utilité d'une comparaison avec Hegel.

24 - Dogmatisme et scepticisme scientifiques.
L'embarras du profane.
La science est dogmatique et sceptique à la fois.
L'extravagance des notions relativistes.
Les conflits entre la science et la théologie.
La science, succédané de la religion, selon Comte.
L'importance de la recherche désintéressée.
La stabilité postulée par Comte.
Son erreur est aussi celle de Kant.
L'intervention du bras séculier.
Cet enseignement reste sans écho.
Ce qu'on peut en conclure.
Le raisonnement théologique.
Ses progrès, selon Saint Vincent.
Limite imposée à ces progrès.
Point de dogme immuable en science.
Le véritable sens de la démonstration de Fresnel, de celle de Copernic et de celle des relativistes.
Encore le nom de la théorie.
Faits nouveaux et théories nouvelles.
Le commode et le comme si.
Le dogmatisme négatif.
Le savant et le facteur apriorique de la science.
L'attitude de Mach.
Les anti-einsteiniens et les phlogisticiens.
L'attitude du profane.
Les outrances inutiles.

25 - Vues d'avenir.
Les raisons philosophiques d'un retour vers le temps et l'espace vulgaires.
L'avantage est-il en proportion du sacrifice ?
Peut-on réinstaller un élément abandonné au sein de la raison ?
La science, en progressant, inclut plus d'irrationnel dans ses explications.
La méthode de la philosophie et celle de la science.
Les explications de Lucrèce et de Descartes et celles des modernes.
La complexité de l'intuition spatiale.
Les raisons scientifiques d'un retour.
Le retour semble néanmoins peu probable.
Abandonnera-t-on d'autres axiomes géométriques ?
Abandonnera-t-on la continuité spatiale ?
La marche constante de la rationalisation mathématique.
Est-il permis de projeter ce passé dans l'avenir ?
La nature véritable du réel.
La déduction extra-mathématique.
Les facteurs politiques.
Le rôle de l'épistémologue.

Nous vous recommandons aussi

*

-5%
 


Parcourir également ces catégories : MEYERSON, Émile, HISTOIRE DES SCIENCES, Relativité, TARIF GÉNÉRAL
1 Résultat