Imprimer

TCHEBYCHEF, Pafnouty Lvovitch

TCHEBYCHEF, Pafnouty Lvovitch

TCHEBYCHEF, Pafnouty Lvovitch

 

Né le 16 mai 1821 à Borovsk, Russie
Décédé le 8 décembre 1894 à Saint-Pétersbourg, Russie

 

Tchebychef ( ou Tchebycheff, ou Tschebyscheff, ou Tchebychev, ou Tchebitchev, ou Chebyshev, ou Chebychev, ou Chebyshov)

 

Extrait de La Grande Encyclopédie, 1885-1902

Pafnouty Lvovitch Tchebychef, mathématicien russe, était professeur de mathématiques à l'Université de Saint-Pétersbourg et membre de l'Académie des sciences de cette ville. Il fut élu, en 1874, associé étranger de l'Académie des sciences de Paris.
Il avait fait paraître, dès l'âge de vingt ans, dans le Journal de Crelle,un mémoire très remarqué Sur la convergence de la série de Taylor. Ses travaux ultérieurs, qui le rangent parmi les premiers géomètres du xixe siècle, ont porté plus particulièrement sur la théorie des nombres et sur les intégrales. Il a découvert notamment une série remarquable, à laquelle son nom est resté attaché. Son Traité de la théorie des nombres a été traduit dans plusieurs langues. On lui doit en outre, une longue série de très intéressants mémoires parus dans les recueils des Académies de Saint-Pétersbourg et de Paris, dans le Journal de Liouville.








Affichage par page
Trier par
Référence: 255

rouge.jpg  bleu.jpg

L'unité étroite de la science et de la vie, de la théorie et de la pratique a été le trait caractéristique de l'œuvre de nombreux savants russes. P. L. Tchebychef, fondateur de la grande école de mathématiques de Pétersbourg, écrivait :
« Le rapprochement de la théorie et de la pratique donne les résultats les plus bienfaisants et la pratique n'est pas la seule à en profiter : les sciences elles-mêmes se développent sous son influence : elle leur ouvre de nouveaux objets d'études ou bien de nouveaux aspects dans des matières depuis longtemps connues. »
En même temps, on procédait à une élaboration approfondie des problèmes qui avaient, tout au moins à cette époque, une importance théorique et qui étaient nécessaires pour le progrès de la science elle-même. Ceci se rapporte également à Tchebychef et à ses émules. Si les recherches de Tchebychef dans la théorie des polynômes d'approximation des fonctions ont grandi en liaison intime avec l'étude de la théorie des mécanismes, ses travaux sur la théorie des nombres avaient un caractère abstrait.
René TATON, Histoire générale des sciences, t. III, La Science contemporaine, vol. 1, Le XIXe siècle, PUF, 1961

215,00 € *
*

-5%