Imprimer

EUCLIDE

EUCLIDE

EUCLIDE



Vers 330-275 av. J.-C.







Extrait de l' Histoire des mathématiques, t. I , par W. W. Rouse BALL, 1907, reprint Éditions Jacques Gabay, 2005

« Le IIIe siècle avant Jésus-Christ a produit trois des plus grands mathématiciens de l'antiquité : Euclide, Archimède et Apollonius.
Euclide est le plus ancien. Nous ne connaissons presque rien de sa vie, si ce n'est qu'il était grec et qu'il naquit environ 330 avant Jésus-Christ ; il mourut vers - 275.
Il connaissait la géométrie platonicienne, mais semble ne pas avoir connu les écrits d'Aristote, probablement parce qu'il avait étudié à Athènes. À Alexandrie il eut un immense succès. Il imposa à un tel point sa propre individualité à l'enseignement de l’Université nouvelle, que, pour ses successeurs et même pour ses contemporains, le nom d’Euclide désignait (comme cela a lieu de nos jours), non l’homme lui-même, mais le ou les ouvrages qu’il avait écrits. 
[...]
On dit qu’Euclide insistait sur cette idée que les connaissances devaient être acquises pour elles-mêmes, et non pour le profit qu’on pouvait en retirer, et Stobacus nous raconte que, lorsqu’un débutant dans l’étude de la Géométrie posait cette question : « mais que gagnerai-je en apprenant toutes ces matières ? » Euclide commandait à son esclave de donner au jeune homme quelques pièces de monnaie « puisque, disait-il, il doit retirer profit de ce qu’il apprend ». D’après la tradition il était d’une douceur et d’une modestie remarquables.
Euclide a composé plusieurs ouvrages, mais sa réputation repose principalement sur ses Éléments. Ce traité contient une exposition systématique des principales propositions de la Géométrie élémentaire (à l’exclusion des sections coniques) et de la théorie des nombres. Il fut aussitôt adopté par les Grecs, comme le livre classique type, pour l’étude des éléments de mathématiques pures. »








Affichage par page
Trier par
Référence: 256

violet.jpg  rouge.jpg

Euclide vivait du temps de Ptolémée-Lagus, vers l'an 272 avant l'ère vulgaire ; Archimède l'a cité dans plusieurs de ses livres. Ptolémée ayant demandé à Euclide s'il n'y avait pas de manière plus facile que la sienne pour apprendre la Géométrie, Euclide répondit qu'il n'y avait pas de chemin royal pour arriver à cette science. C'est tout ce que nous savons d'Euclide : on ignore même quelle fut sa patrie.
Beaucoup de géomètres avaient paru avant Euclide. Le premier des Grecs, Euclide rassembla leurs ouvrages, les mit dans un ordre convenable, et donna des démonstrations inattaquables de ce qui n'avait pas été démontré d'une manière rigoureuse.
Euclide avait composé un grand nombre d'ouvrages. Les treize livres des Éléments et les Données sont les seuls qui soient parvenus jusqu'à nous.
Les Éléments d'Euclide ont toujours été regardés comme le plus parfait de tous les livres élémentaires ; ils ont été traduits et commentés dans toutes les langues.
[...]
Pemberton nous apprend qu'il avait entendu plusieurs fois Newton se plaindre de s'être livré tout entier aux ouvrages de Descartes, et des autres algébristes, avant d'avoir étudié et médité les Éléments d'Euclide.
Lagrange, dont l'Europe déplore et déplorera longtemps la perte, me répétait souvent que la Géométrie était une langue morte ; que celui qui n'étudiait pas la Géométrie dans Euclide, faisait la même chose que celui qui voudrait apprendre le grec et le latin, en lisant les ouvrages modernes écrits dans ces deux langues.
François PEYRARD, Préface

261,00 € *
*

-5%